header Schattenkaffee

Développement durable

Wasser 350

L'eau - Source de toute vie

Le Forum économique mondial de Davos a classé l'eau comme le risque économique mondial le plus important en 2015. Selon l'Agence européenne pour l'environnement, 80 % de la consommation d'eau est imputable à l'agriculture dans certaines régions du sud de l'Europe. Les engrais, les pesticides et les antibiotiques pour aminaux d'élevage contenant de l'azote et du phosphore contaminent les eaux de surface et les nappes phréatiques.  
L'agriculture biologique protège cette ressource par la réduction des intrants nocifs, empêche le lessivage des éléments nutritifs et augmente la capacité de stockage du sol à stocker l'eau. Les agriculteurs de Naturland contribuent à la potabilité de l'eau dans les zones de protection des eaux.

Crises de l'eau

L'eau, source de toute vie, est menacée dans le monde entier par  :

  • La consommation excessive d'eau due à l'agriculture intensive d'irrigation
  • La contamination due au lessivage des engrais, des pesticides et des antibiotiques

Certaines méthodes d'irrigation entraînent la salinisation des sols, en particulier dans les zones arides, tout comme le prélèvement excessif d'eau dans les nappes phréatiques près de la côte entraîne la salinisation des nappes aquifères. Certains des anciens plus grands lacs du monde s'assèchent, comme le lac Baïkal en Russie et la mer d'Aral au Kazakhstan et en Ouzbékistan. Dans la région de la mer d'Aral, c'est la forte irrigation des champs de coton et de riz environnants qui est la principale responsable, provoquant une catastrophe environnementale d'une ampleur inimaginable. Le niveau des nitrates augmente dans les nappes phréatiques des régions où l'élevage industriel est pratiqué hors-sol. 16 % de la mer Baltique est déjà considérée comme une "zone mortelle" car des niveaux excessifs de nitrates ont stimulé la croissance des algues. Si l'oxygène est épuisé par les algues, il n'en reste plus pour les poissons, les moules, et toute la vie sous-marine. Une récente étude française estime les coûts supplémentaires dus à la contamination de l'eau potable par l'azote et les pesticides issus de l'agriculture à 1-1,5 milliard d'euros par an.

 

L'agriculture biologique est une protège la ressource naturelle qu'est l'eau

Les agriculteurs de Naturland protègent activement les nappes phréatiques et les eaux de surface en Allemagne et dans le monde entier :

  • Ils utilisent des engrais biologiques et ne gardent que le nombre d'animaux que leur superficie le permet pour réduire les émissions de nitrates.
  • Ils se passent de pesticides chimiques synthétiques, protègeant ainsi les eaux de la pollution de produits chimiques à longue durée de vie.
  • Ils construisent une couche d'humus qui conserve la capacité de stockage de l'eau des sols. L'eau reste plus longtemps dans le sol, ce qui la rend disponible pour les plantes.
  • Ils préservent la fertilité et la vitalité du sol. Le potentiel de rétention d'eau des terres cultivées de manière biologique est de 39 % supérieur à celui des terres cultivées de manière conventionnelle, ce qui permet de réduire les pics d'inondation. Cela empêche également l'érosion du sol lors de fortes pluies et permet que les couches de sol fertiles accumulées au fil des siècles ne soient pas détruites d'un coup par un événement météorologique

 

Superficies écologiques dans les zones de protection de l'eau potable
Environ 150 agriculteurs bio, dont beaucoup de membres de Naturland, cultivent plus de 3 500 hectares selon les normes biologiques dans la vallée de Mangfall, au pied des Alpes. La vallée du Mangfall acheminant l'eau potable dans la région de Munich, les services municipaux de Munich y soutiennent délibérément l'agriculture biologique. Moins il y a de substances étrangères qui pénètrent dans les nappes phréatiques, moins il faut les filtrer ou les mélanger à de l'eau propre. Un arrangement gagnant-gagnant : les services publics reçoivent de l'eau potable propre, les citoyens ne doivent pas payer de frais supplémentaires pour purifier l'eau, la nature bénéficie d'une agriculture écologique et les agriculteurs bio reçoivent une prime pour leurs pratiques agricoles respecteuses de l'environnement.  
Cet exemple crée un précédent: les chambres d'agriculture proposent un service de conseil en matière de protection des eaux et, en Basse-Saxe, 70 exploitations agricoles bio sont soutenues de la même manière dans les zones d'où provient l'eau potable. En particulier dans les Länder où il y a beaucoup d'élevage, les politiques, les associations et les exploitations agricoles doivent renforcer l'agriculture biologique pour améliorer la qualité de l'eau.
Plus d'informations sur la zone de protection des eaux de Mangfalltal : https://www.swm.de/english/m-wasser.html